Publications

Livres et manuels

Hammam Rehabilitation Reader2011. (Eds.) Heidi Dumreicher, Richard S. Levine, Magda Sibley-Behloul. Publisher: Sonderzahl, 2012, Austria. ISBN: 978-3-85449-382-2 (en Anglais)

Éditoriaux

Sibley, M. 2008. “Special Issue on Traditional Public Baths-Hammāms-in the Mediterranean“. ArchNet-IJAR: International Journal of Architectural Research, volume 2 (3) (en Anglais)

Résumé: Ce numéro spécial sur les hammam en Méditerranée aborde un sujet de recherche bien trop longtemps négligé. Communément appelés «bains turcs», hammam ou bains publics, étaient des installations importantes dans les villes islamiques. Bien que l’institution ait fleuri et s’est étendue sur une vaste zone géographique sous l’Empire ottoman, le bain islamique n’est pas d’origine turque. Le hammam en tant que bâtiment a évolué à partir des bains publics romains et byzantins et a été adapté pour répondre aux exigences de lavage de l’islam. Situé à proximité des mosquées, des souks et des centres résidentiels, les hammāms ont joué un rôle clé non seulement en fournissant une installation de lavage pour la conduite des grandes ablutions nécessaires avant la prière, mais aussi un lieu d’interaction sociale et de rituels, marquant les célébrations religieuses et les événements majeurs de la vie femmes. Le hammam, dans l’imaginaire européen, reste un espace utopique comme le montrent les peintures orientalistes. Une grande piscine centrale est une caractéristique récurrente dans des peintures telles que «Après le bain» de Rudolf Ernest, «Se baigner dans le Serglio» de Theodor Chasseriau, «Bain de vapeur», le «Grand bain» et «Nargileh Lighter» de Jean Leon Gerome . Pourtant, les grandes piscines sont une caractéristique rare dans les hammams et, lorsqu’elles sont disponibles, elles sont beaucoup plus petites et n’occupent pas une position centrale dans les espaces. En effet, la transition du bain romain au bain islamique a fait disparaître complètement les grandes piscines d’eau froide. De petites piscines d’eau chaude se trouvent régulièrement dans les hammams historiques du Caire en raison de leur rôle dans le chauffage des espaces. En effet, le système de chauffage par le sol (le système hypocauste des thermes romains) a été abandonné dans les hammams d’Egypte. Des petits bassins profonds ont également été trouvés dans les hammams de Syrie, du Liban et de Palestine. Dans tous ces cas, chaque bassin profond est situé dans une pièce secondaire et non dans l’espace principal.

Articles

Sibley, M. 2018. “Let There Be Light! Investigating Vernacular Daylighting in Moroccan Heritage Hammams for Rehabilitation, Benchmarking and Energy Saving“. Sustainability,  10, 3984. (Accès libre, en Anglais)

Résumé: Cet article fournit la première étude de l’éclairage naturel vernaculaire dans les bains publics du patrimoine marocain afin de les réhabiliter pour une authenticité expérientielle, des économies d’énergie et un meilleur bien-être des utilisateurs. L’analyse d’un échantillon représentatif de 13 hammams encore en activité révèle des schémas récurrents de nombres et de configurations d’oculi. Ceux-ci se composent d’une à trois rangées de huit ouvertures de toit circulaires (oculi) de 18 à 20 cm de diamètre, disposées le long de la voûte de toit de chaque espace de bain. Le rapport entre la superficie totale des ouvertures de toit et la surface de plancher intérieure dépasse rarement 2%. Des mesures synchronisées d’éclairement horizontal sur le toit et à l’intérieur des espaces de baignade dans un hammam d’étude de cas ont été réalisées en juillet et août 2016, après la réhabilitation de tous les oculus du toit. Les niveaux enregistrés indiquent que l’éclairement horizontal maximal ne dépasse jamais 60 lux. Le calcul et le tracé du facteur de lumière du jour sur la base de données réelles révèlent des niveaux inférieurs à 2% et une baisse soudaine de la chambre chaude en début d’après-midi en raison de l’accumulation de vapeur. Le document fournit la première référence de la réhabilitation de la lumière du jour vernaculaire dans les hammams du patrimoine marocain et l’éclairement qu’il offre. Il présente une combinaison innovante de méthodologies historiques, architecturales et scientifiques du bâtiment qui peut être étendue à d’autres types de bâtiments patrimoniaux.

Sibley, M. & Sibley, M. 2015. “Hybrid Transitions: Combining Biomass and Solar Energy for Water Heating in Public Bathhouses“. Energy Procedia 83, pp. 525 – 532 (en Anglais)

Résumé: Cet article présente et évalue les initiatives prises au Maroc pour réduire la consommation de bois, améliorer l’efficacité énergétique et réduire la déforestation due au fonctionnement des hammams (bains turcs). Premièrement, l’article examine les systèmes énergétiques vernaculaires utilisés dans les hammams patrimoniaux et leurs leçons de durabilité. Deuxièmement, il présente les problèmes associés aux nouveaux fours hammam et la manière dont ils reproduisent les systèmes vernaculaires. Troisièmement, les différentes initiatives pour des systèmes plus économes en énergie sont présentées. Il s’agit notamment de systèmes de hammam hybrides solaires / biomasse. Le document évalue les opportunités de répondre aux préoccupations locales et mondiales concernant la déforestation et les émissions de CO2 et discute de diverses difficultés et défis.

Sibley, M. & Sibley, M. 2013. “Hybrid Green Technologies for Retrofitting Heritage Buildings in North African Medinas: Combining Vernacular and High-tech Solutions for an Innovative Solar Powered Lighting System for Hammam Buildings“. Energy Procedia. Volume 42, Pages 718-725 (en Anglais)

Résumé: Cet article détaille un prototype nouvellement développé qui combine trois fonctions: éclairage de jour, éclairage LED solaire et ventilation naturelle pour les bains publics (appelés hammams) des villes patrimoniales d’Afrique du Nord. Le prototype a été développé à la suite d’une vaste étude architecturale de 67 bains historiques survivants dans les villes d’Afrique du Nord, au cours de laquelle un problème commun de mauvais éclairage naturel et de ventilation ainsi que d’éclairage électrique inadéquat a été identifié. Combinant l’élément vernaculaire de l’éclairage de jour du hammam avec l’éclairage de nuit à énergie solaire, le prototype a été développé entre août 2012 et mars 2013 dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’Université de Manchester. Des tests ont été réalisés sur le toit de deux hammams situés à Fès, au Maroc: les hammams Seffarine (en cours de réhabilitation) et Moulay Idriss (en fonctionnement). Les résultats montrent que le prototype améliore considérablement les qualités d’éclairage de jour dans les espaces de baignade et fournit jusqu’à 8 heures d’éclairage électrique continu à énergie solaire de nuit. Des retours positifs ont été reçus des utilisateurs et du responsable du hammam Moulay Idriss sur la démonstration du prototype. Le document soutient que la combinaison d’un élément vernaculaire avec une solution de haute technologie abordable aboutit à un système hybride innovant, convivial et sensible aux bâtiments patrimoniaux. Une telle solution peut jouer le rôle de «catalyseur vert» par son adoption dans les 4000 hammams traditionnels marocains. Comme ces hammams continuent de fournir une installation pour la population vivant à l’intérieur des médinas, l’adoption de cette conception contribuera non seulement à réduire la consommation d’énergie et à utiliser des sources d’énergie renouvelables, mais contribuera également à maintenir une pratique sociale et culturelle traditionnelle qui a soutenu la santé et le bien-être de la population pendant de nombreux siècles.

Sibley, M., Jackson, I. 2012. “The architecture of Islamic public baths of North Africa and the Middle East: An analysis of their internal spatial configurations“. Architectural Research Quarterly. Volume 16 (2), Pages 155 – 170 (en Anglais)

Résumé: Les hammams (ou bains islamiques), communément appelés «bains turcs», sont l’une des principales installations urbaines des villes islamiques. Ils ont évolué à partir des bains publics romains et byzantins, tels qu’ils ont été assimilés lorsque la dynastie des Omeyyades a conquis les territoires byzantins du Moyen-Orient entre 661 et 750 après JC. Les premiers hammams ont été construits au VIIIe siècle par les dirigeants omeyyades qui ont établi leur capitale à Damas. Les plus célèbres sont Qusayr Amra, dans le désert du nord-est actuel de la Jordanie et Khirbat al Mafjar. La période qui a suivi la montée de l’islam a été témoin d’un développement rapide de l’architecture des bains et du changement des habitudes de baignade romaines vers islamiques. Les bains publics romains se composaient de très grands établissements, les thermes, qui comprenaient non seulement des installations de baignade, mais aussi des installations de loisirs telles que des bibliothèques, des gymnases, des terrains d’exercice et des jardins, des salles de bronzage, des terrains de balle et des salles de concert. Les balnea étaient les plus petits bains romains privés ou publics, situés en plus grand nombre dans la ville.

Sibley, M., and Fadli, F. 2008. “The Surviving Historic Hammams of the Medina of Tripoli – Libya: Tangible and Intangible Dimensions“, ArchNet-IJAR: International Journal of Architectural Research, Volume 2 (3) (en Anglais)

Résumé: Contrairement aux autres médinas du monde arabo-islamique, la médina de Tripoli (capitale de la Libye), n’a jamais eu de nombreux bains publics historiques. Cela est probablement dû à une tradition plus conservatrice où la plupart des femmes libyennes n’utilisent le hammam qu’une seule fois, dans le cadre de leur préparation et de leur célébration avant le mariage. Cet article présente une analyse des trois et seuls hammams restants de Tripoli et de la manière dont ils sont utilisés et perçus aujourd’hui. Sur la base des résultats d’une enquête menée par les auteurs en juillet 2008 (dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’AHRC sur les hammam historiques d’Afrique du Nord), les caractéristiques architecturales de ces structures historiques sont présentées ainsi que leur utilisation croissante par une population cosmopolite ( Tunisiens, Marocains et Soudanais) vivant à l’intérieur de la médina. Ce document présente également un certain nombre de lignes directrices pour l’utilisation durable et l’adaptation du hammam dans le contexte libyen.

Fadli, F., Sibley, M. 2008. “The Historic Hammams of Cairo“. Journal of Architectural Conservation. Volume 14, Issue 3, Pages 59-80. (en Anglais)

Résumé: Les hammams (bains publics islamiques) étaient des bâtiments clés de la ville islamique. Malgré leur grand nombre et leur importance au sein du tissu urbain des villes islamiques historiques, elles ont rarement attiré l’attention de la communauté universitaire ou des organisations s’occupant de la conservation et de la restauration des bâtiments historiques. Les études de ces bâtiments sont rares et rares. La survie future des autres est un véritable défi pour ceux qui se soucient de la préservation des bâtiments historiques. Sur la base d’une enquête sur les bains restants du Caire, réalisée par les auteurs en juin 2007 dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Conseil de recherche des arts et des sciences humaines (AHRC), cet article décrit les hammāms du Caire et met en évidence l’absence d’un stratégie pour leur restauration. Il se concentre sur les problèmes auxquels leur sauvegarde est confrontée; de la sélection et de l’inscription, au long processus de restauration et au manque d’expertise dans les techniques de restauration. Le document conclut enfin en proposant des lignes directrices pour aider à réaliser une réutilisation adaptative durable de ces bâtiments.

Sibley, M. 2007. “The pre-Ottoman public baths of Damascus and their survival into the 21st century: An analytical survey“. Journal of Architectural and Planning Research. Volume 24 (4), Pages 271-288 (en Anglais)

Résumé: Les bains publics, ou hammâms, sont des installations clés dans les villes islamiques car ils font partie de la triade des équipements urbains essentiels – la mosquée, le hammâm et le souk. Ils facilitent non seulement l’accomplissement des grandes ablutions qui sont nécessaires avant la prière (d’où leur emplacement près des mosquées) mais jouent également une fonction sociale importante car ils servent de lieu de rencontre pour les hommes et les femmes de la société. Le hammân, en tant qu’institution, est en déclin depuis le 19ème siècle avec l’introduction de sanitaires modernes dans de nouveaux projets de logements. Partout dans le monde arabe, des hammâms historiques ont été fermés, tombés en ruine ou ont été complètement enlevés. La vitesse à laquelle les preuves de ce type de bâtiment important sont supprimées est alarmante, entraînant la perte d’un patrimoine matériel et immatériel riche et irremplaçable. Sur la base d’une enquête réalisée par l’auteur en 2004 dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Arts and Humanities Research Board au Royaume-Uni, cet article dresse une image claire du nombre, de l’emplacement et de l’état des hammâms historiques survivants à Damas . Une analyse détaillée de l’évolution architecturale (entre les XIIe et XVIIIe siècles) des bains publics historiques de Damas est présentée afin de mettre en évidence la pertinence historique de ceux qui ont réussi à survivre jusqu’à aujourd’hui. L’article décrit les pratiques et usages actuels de ces structures, ainsi que les différentes transformations et adaptations qui ont été effectuées. Un certain nombre de recommandations sont faites pour la sauvegarde et la réutilisation adaptative de cet important édifice du patrimoine culturel afin de répondre aux exigences de la vie contemporaine.

Actes de conférence

Fadli, F., Sibley, M. 2009. “Hammãms of North Africa: An architectural study of sustainability concepts in a historical traditional building“. PLEA 2009 – Architecture Energy and the Occupant’s Perspective: Actes de la 26 conferérence internationale sur Passive and Low Energy Architecture, Quebec City, Canada, 22-24 Juin 2009. (en Anglais)

Résumé: Le hammam ou bain public islamique est un type de bâtiment traditionnel et une entité architecturale et urbaine importante de la ville (médina) dans le monde islamique méditerranéen. Sur la base d’enquêtes récentes menées par les auteurs sur les bains publics du Caire, Tunis, Tripoli (Libye) et Marrakech; dans le cadre d’un projet financé par l’AHRC, cet article étudie l’architecture ingénieuse du hammam et explore les dispositifs de conception passive utilisés dans ce bâtiment traditionnel et leur influence sur les ambiances intérieures spatiales. Un ensemble de quatre indicateurs de durabilité environnementale (représentant les quatre éléments naturels -classiques-) est adopté comme méthode matricielle, afin d’explorer et d’apprendre les concepts de durabilité utilisés et existants dans les typologies architecturales et les caractéristiques de ce type de bâtiment spécifique. Il conclut enfin en proposant un ensemble de lignes directrices de conception, qui aideraient à soutenir les structures historiques à l’avenir. Les lignes directrices tirées des concepts de durabilité tirés de ce bâtiment historique peuvent également être adaptées aux structures nouvellement construites.

Fadli, F., Sibley, M. 2008. “The Restoration of Hammams in Cairo: How sustainable is it?” Actes de la Conférence internationale du patrimoine 2008: World Heritage & Sustainable Development, Vila Nova de Foz Coa, Portugal, 7-9 Mai 2008. (en Anglais)

Résumé: Les hammam (bains islamiques) étaient des bâtiments clés de la ville islamique. Cependant, il y a plus de cent ans, leur importance a diminué et leur désintégration a commencé. Aujourd’hui, à moins qu’une stratégie de restauration claire ne soit adoptée, cet important patrimoine architectural de la ville islamique disparaîtra. Basé sur une enquête sur les hammams historiques survivants du Caire, réalisée par les auteurs en juin 2007, dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Conseil de recherche des arts et des sciences humaines (AHRC), cet article met en évidence le manque de stratégies pour la restauration de hammam historiques au Caire. Il se concentre sur les problèmes auxquels leur sauvegarde est confrontée; de la sélection et de la liste par le Conseil suprême des antiquités (SCA), au long et lent processus de restauration et au manque d’expertise dans les techniques de restauration. Le document discute enfin de la durabilité de la restauration des hammams de Cairene et conclut en proposant un ensemble de lignes directrices pour aider à atteindre un optimum de durabilité pour leur future réutilisation adaptative.

Sibley, M. 2006. “The historic Hammāms of Damascus and Fez: Lessons of sustainability and future developments.” Actes de la 23 conferérence internationale sur Passive and Low Energy Architecture, Geneva; Switzerland; 6-8 Septembre 2006; Pages 181-186. (en Anglais)

Résumé: Le bain public, ou hammam, est un type de bâtiment qui a fait partie intégrante du tissu urbain des villes islamiques. Alors que d’autres types de bâtiments ont attiré beaucoup d’attention et de recherches dans le passé, les études sur les bâtiments hammam sont restées rares et éloignées. Sur la base d’enquêtes menées par l’auteur sur les bains publics historiques de Damas et Fès, cet article met en évidence les caractéristiques de ce type de bâtiment en tant qu’équipement urbain durable qui favorise non seulement la propreté et la santé des citadins mais aussi l’interaction sociale et un riche patrimoine immatériel. Le document met également en évidence les leçons que ce type de bâtiment apporte en termes de confort thermique, de chauffage au sol, de chauffage de l’eau et de gestion et de recyclage des sous-produits des petites industries locales. Le document discute ensuite d’une éventuelle réutilisation adaptative future de ce type de bâtiment à la lumière du programme de développement durable.